Le village de Madegney est situé au cœur de la petite Sibérie, ce nom est attribué à ce secteur à cause des températures toujours un peu plus froides qu’ailleurs et aux chutes de neige importante que l’on y trouvait. Le village est niché au creux d’un petit vallon arrosé par le rupt des nauves.

Dans des temps plus lointains, des postes romains étaient implantés sur le territoire de la commune, en bordure de la voie romaine, cette voie romaine pris ensuite le nom du chemin des dames, en rapport avec les chanoinesses de Remiremont qui l’empruntaient pour rejoindre leur site de JORXEY.

Il ne reste quasiment rien que quelques tumulus à peine visible de ses vestiges romains.

Comme beaucoup de communes du secteur, Madegney, a vécue tournée vers l’agriculture ou la viticulture, les vignerons étaient la profession la plus représentée avant que tout cesse lors de l’arrivé du phylloxéra. Les aides consenties pour la plantation de vergers ont modifiées le paysage et permis à de nombreuses familles de s’assurer des revenus complémentaires. Les femmes de tous âges occupaient leur peu de temps libre à des travaux de dentellières ou de perleuses, qui étaient ramassés par des commerçants ambulants de la région.

Le village et typique des constructions lorraines du saintois, il est constitué de deux ensembles de type village rue, les maisons sont relativement semblables, de type maison de laboureur, elles abritaient pour certaines deux familles logées chacune d’un coté de la grange commune.

Les lavoirs abrités si utiles aux lavandières lieu de rencontre des femmes du village témoins d’un temps révolu, on été démontés. La commune à remis en eau les fontaines qui pouvaient l’être, leur rendant ainsi leur utilité première.

La commune abrite une croix de calvaire ancienne qui semble faire partie d’un type de sculptures que l’on retrouve ailleurs sur le département, et dont la particularité repose sur les visages plats des saints qui y sont représentés. Cette croix est située à l’extrémité de la grand rue de l’église; autre particularité de la commune, elle dispose d’une rue de l’église relativement récente et d’une grand rue de l’église bien plus ancienne.

L’église de la commune, est en fait une chapelle dépendant de la cure de Gugney-Aux-Aulx. Elle fut construite en 1721 sur les bases d’une petite chapelle et elle est le lieu de culte commun aux paroissiens de REGNEY et de MADEGNEY, qui en assument conjointement la gestion et l’entretien. Cet édifice dédié à Saint Martin (il ne pouvait en être autrement) semble dominer la vallée du Colon qu’il surplombe, et c’est à des kilomètres à la ronde qu’on le distingue nimbé de lumière orangée.

Autre particularité du village, c’est qu’il abrite le groupe scolaire des 9 horizons, cette construction moderne offre aux élèves des communes environnantes une excellente qualité d’accueil. Les élèves y sont scolarisés dés 2 à 3 ans suivant les disponibilités, la restauration est assurée par un prestataire extérieur; construite sur le territoire communal grâce à la volonté des communes du RPI, et consécutivement à la mise à disposition gracieuse du terrain et de son appropriation, cela constitue un atout supplémentaire pour le village. Au préalable une classe unique avait été ouverte dans les locaux de la mairie, réinstallant une école dans le village après près de 30 ans de fermeture et cela grâce à la volonté de l’équipe municipale et de son maire de l’époque. Il est à noter qu’une classe numérique dotée d’un tableau interactif et d’un lot d’ordinateurs portables vient d’y être installé permettant à l’école rurale d’être à la pointe de la modernité. Les enseignants de cette structure y étant fidélisés contribuent également à la bonne marche de cet établissement modèle.

L’essor de la commune passant une augmentation de ses habitants, la commune avait prévue une réserve foncière dans le cadre de sont aménagement foncier qui était lui-même lié au remembrement des terres agricoles. Les terrains ainsi rendu disponibles, sont devenu des parcelles lotissables, ce qui permet à 10 nouvelles familles de s’installer au village, faisant dépasser le chiffre symbolique de 100 habitants.

Categories: histoire